Choisissez et posez une moquette

Naturelle ou synthétique, frisée, bouclée ou coupée, il existe une multitude de moquettes… et autant de raisons de la choisir comme revêtement de sol !

Confortable et offrant une grande liberté en matière de déco, la moquette doit également être sélectionnée en fonction de critères plus techniques. Florilèges des connaissances basiques qui vous serviront à choisir votre moquette ainsi que son type de pose.

Qualité et aspect de la moquette

Avec une moquette naturelle en laine tissée, vous offrez à vos pieds nus le top du confort ! Mais les fibres synthétiques ne sont pas à écarter trop rapidement : le polyamide offre ainsi une résistance comparable à celle de la laine pour un prix plus abordable.

pose-moquette

Entrent également en compte dans le prix la technique de conception. Tissée, la moquette est certes très confortable mais également onéreuse. Pour rester raisonnable, le meilleur compromis est certainement la moquette tuftée, qui est d’ailleurs la plus répandue.

Outre la qualité, votre attention se portera forcément sur l’aspect de la moquette qui, aujourd’hui, peut être très différent d’un rendu à l’autre : la moquette bouclée (très résistantes), coupée (très douce), saxony (plus dense), frisée (épaisse) ou structurée (pour des motifs en relief). Un choix qui sera esthétique, mais aussi stratégique : le moelleux de la moquette coupée sera parfait pour la chambre, tandis que la bouclée résistera bien à l’usure d’une pièce à fort trafic.

Les caractéristiques techniques de la moquette

Avant de faire votre choix, pensez à comparer les différentes caractéristiques techniques des moquettes qui vous intéressent. Le premier critère à prendre en compte est la classe d’usage. S’agit-il d’une moquette pour la chambre, peu sollicitée, ou pour l’entrée, où le trafic est très important ?

Selon vos besoins, le classement UPEC, établi par le Centre scientifique et technique du bâtiment, peut vous permettre d’identifier la moquette appropriée. Il s’agit d’un indice évaluant la résistance du revêtement par rapport aux différentes agressions : U pour usure à la marche ; P pour poinçonnement ; E pour eau et C pour chimique. L’indice est à chaque fois exprimé par un chiffre qui indique le niveau de résistance, de 1 (faible) à 4 (très élevé).

Par exemple, la moquette de la chambre devra être au minimum “U2P2E1C0”. Moins complexe, le classement “T” de l’International carpet classification organization note les moquettes de 1 à 5, en fonction de leur robustesse. A titre d’exemple, “T2” est recommandé pour un faible usage, comme les chambres. Enfin, d’autres caractéristiques peuvent faire la différence comme la compatibilité avec le chauffage par le sol ainsi que les différents traitements anti-salissures, antitaches, antibactérien, antistatique…

Ne négligez pas la pose !

Ca y est, vous avez trouvé la moquette idéale. Pourtant, si la pose n’est pas parfaite, votre magnifique revêtement risque fort de vous décevoir ! La pose est un élément essentiel qui conditionne non seulement l’aspect général et le confort de la moquette mais également sa durabilité et son pouvoir isolant (phonique comme thermique).

La technique la plus simple est dite “libre”. Il s’agit tout simplement de poser un ruban adhésif double-face le long des murs, voire dans la diagonale de la pièce, puis de poser la moquette, préalablement ajustée. Des barres de seuil seront nécessaires pour le passage des portes. Cette technique convient à tous les types d’envers (dessous de la moquette) et ne nécessite pas d’être un excellent bricoleur.

En revanche, elle n’est efficace que pour des petites surfaces (moins de 16 m2), sans raccord, et il est conseillé d’utiliser une moquette épaisse et lourde pour un meilleur résultat. Outre une facilité évidente de pose, l’avantage est également de pouvoir décoller facilement la moquette pour l’utiliser dans une autre pièce par exemple. Si votre moquette possède un dos en feutre aiguilleté, un système de bandes auto-agrippantes, encore plus simple à mettre en place, vous facilitera la pose.

L’option la plus répandue reste la pose collée, adaptée aux grandes surfaces, mais qui nécessite généralement l’intervention d’un professionnel à moins de posséder de solides compétences en bricolage pour éliminer les bulles d’air et obtenir un résultat homogène. Enfin, la pose tendue est certainement la plus délicate et sera réalisée par un spécialiste.

Il s’agit en effet d’une technique complexe mais mettant en avant toutes les qualités de la moquette, de son confort à sa résistance. On la conseille donc en général pour les moquettes tissées, les plus onéreuses !

Partagez sur les réseaux sociaux :

Commentaires


Articles que vous pourriez apprécier :